jeudi 1 mars 2012

L’autoédition un phénomène en vogue




La mutation de l’industrie de l’édition est en cours. Le livre numérique s’impose dans le paysage éditorial en France comme à l’étranger. Les éditeurs entrent dans l’univers des ebooks en marche dispersée parfois mais en se rendant compte que désormais, ce format de lecture est incontournable. Les tablettes et les liseuses se vendent de mieux en mieux (1.5 million de tablettes et près de 500 000 liseuses Chiffre GFK 2011 pour la France).
Face aux nouvelles possibilités qu’offre l’édition numérique, les auteurs prennent des initiatives et beaucoup tentent l’expérience de l’autoédition, soit par défi soit tout simplement parce qu’ils ne trouvent pas d’éditeur.

Des outils et des Hommes
Publier seul n’est pas une démarche évidente. C’est pour cela qu’une communauté d’écrivains indépendants au niveau international voit le jour avec la création de The Alliance Of Independent Authors.
Les plateformes de vente en ligne leurs ouvrent une voie royale : Amazon, le leader mondial de ventes de livres numériques a par exemple ouvert
Kindle Direct Publishing (KDP), une plateforme permettant aux écrivains de vendre leurs livres numériques.
Apple a récemment lancé
iBooks Author , chacun peut publier des livres numériques enrichis de contenu multimédia.
BookBaby, a développé un package clé en main pour l’auteur, ils lui assurent un service complet de diffusion et de distribution par abonnement. (voir en fin d’article pour d’autres pistes.)
Ces différents réseaux permettent à l’écrivain de toucher 70% à 100% de royalties sur chaque livre téléchargé, là où un éditeur le rémunère pour moitié moins !

Auteurs, la grande Aventure !
Aux USA, le phénomène est tellement important que certains auteurs autoédités ont réussi à vendre des centaines de milliers d’exemplaires. Amanda Hocking, 27 ans, est devenue une star millionnaire. Ironie du sort, elle vient de signer avec un éditeur classique pour publier ses ouvrages en version imprimée.
En France, David Forrest, vend ses polars seul et en assure la promotion. En quelques mois il a conquis un véritable lectorat avec 10 000 exemplaires vendus.
Ces écrivains inconnus il y a quelques années commencent à prendre une place importante dans le marché du livre, mais certains auteurs connus sont las de relations parfois difficiles avec leurs éditeurs.
Par exemple, Alina Reyes, auteure à succès a décidé de prendre les chemins de traverses. Elle a quitté ses éditeurs, a récupéré les droits sur tous ses livres et les propose désormais en numérique. Marie-Laurence de Rochefort a publié chez Michel Lafon un livre qui s’est vendu à 33 000 exemplaires. Elle a néanmoins décidé de tenter l’aventure en publiant en papier et numérique
« Yes You Cannes ».
Pour les auteurs empruntant la voie de l’auto publication, le défi est vaste. Ils doivent non seulement produire une œuvre de qualité mais également se transformer en éditeur, distributeur, agent, attaché de presse et community manager pour assurer la promotion de leurs livres. Car, il ne suffit de publier, il faut se faire connaître !
Manager son livre prend du temps, les éditeurs ont encore de beaux jours devant eux !

Bon à savoir :
D’autres sites proposent des services aux auteurs, Lulu.com ou
auto-édition.com
Et pourquoi le partage de documents ?
Si vous décidez de vous lancer dans l’auto publication faites attention à bien lire les contrats des divers prestataires (entreprises de numérisation, agrégateurs, libraires.Restez propriétaires des fichiers sources.)
Référez-vous aux consignes de la SGDL.