mardi 22 avril 2014

La lecture rapide

Quel objectif ?


La lecture rapide intéresse en premier lieu les grands lecteurs, ceux qui lisent en moyenne plus de trois livres par mois. Elle permet de lire 2 à 3 fois plus de livres en un temps équivalent.
Elle est utilisé pour l’étude d’un sujet, la recherche, la documentation, mais peu pour la lecture de romans.

Comment s'entraîner ?


Les éléments présentés dans ce paragraphe sont issus de l’ouvrage “La lecture rapide” de Tony Buzan.

La lecture rapide ne signifie pas lecture en diagonale. Chaque phrase est lue, aucun mot n’est sauté. Le sens n’est donc pas perdu.
L’auteur suggère de se placer sur une table de travail pour une concentration optimale, et d’utiliser un pointeur, par exemple un crayon, pour suivre la lecture. Avec les progrès du lecteur, la vitesse du pointeur peut s'accélérer. Pour rythmer la lecture et l’accélérer progressivement, il conseille d’utiliser un métronome.
Avant de s’immerger dans la lecture à proprement parler, il est utile d'avoir une vision d’ensemble de l’ouvrage en lisant la table des matières et l’index.
Chaque chapitre pourra être parcouru rapidement pour repérer l’arrangement des paragraphes et visualiser les illustrations. Cette pratique permet de maximiser la concentration pendant la lecture.

On trouve d’autres conseils sur le Web.
Le blog apprendre-vite-et-bien.com conseille de :

  • Lire par blocs de mots
  • Lire sans subvocaliser (prononcer mentalement les mots)
  • Activer sa vision périphérique pendant la lecture pour avoir une vision d’ensemble de la page
  • Lire sans retour arrière grâce à un guide visuel, le pointeur


La vidéo amusante de Business Insider (en anglais) résume ces différentes pratiques.

Des outils techniques


La lecture rapide fonctionne bien sur les liseuses électroniques car leur usage limité à la lecture en font des outils adaptés à la concentration.

Le mois dernier, une startup a présenté un dispositif technique spécifique à la lecture rapide qui a fait grand bruit : Spritz
Ce système promet la lecture d’un tome de Harry Potter en moins de 90 minutes, ou de 223 pages en 77 minutes. Pour cela, il fait défiler les mots un à un à grande vitesse devant les yeux du lecteur. L’absence de mouvement oculaire promet une accélération de la lecture.
Il existe des alternatives équivalentes comme Velocity sur iPhone ou Readline sur Chrome.

Néanmoins, ces technologies vont à l’encontre de certaines bonnes pratiques évoquées plus haut (feuilleter et utiliser sa vision périphérique). Elles sont donc remises en question.